Le bazar du zèbre à pois de Raphaëlle Giordano

Résumé des Editions Plon

❝Je m’appelle Basile. J’ai commencé ma vie en montrant ma lune. Est-ce pour cela que j’ai toujours eu l’impression de venir d’une autre planète ? Je n’ai pourtant pas compris tout de suite de quel bois j’étais fait. Peut-être plus un bois de Gepetto que de meuble Ikea.❞

Basile, inventeur, agitateur de neurones au génie décalé, nous embarque dans un univers poético-artistique qui chatouille l’esprit et le sort des chemins étriqués du conformisme. De retour à Mont-Venus, il décide d’ouvrir un commerce du troisième type : une boutique d’objets provocateurs. D’émotions, de sensations, de réflexion. Une boutique « comportementaliste », des créations qui titillent l’imagination, la créativité, et poussent l’esprit à s’éveiller à un mode de pensée plus audacieux ! Le nom de ce lieu pas comme les autres ? Le Bazar du zèbre à pois.

Giulia, talentueux « nez », n’en est pas moins désabusée de cantonner son talent à la conception de produits d’hygiène. Elle rêve de sortir le parfum de ses ornières de simple « sent-bon » et de retrouver un supplément d’âme à son métier.

Arthur, son fils, ado rebelle, fâché avec le système, a, lui, pour seul exutoire, ses créations à ciel ouvert. Il a le street art pour faire entendre sa voix, en se demandant bien quelle pourra être sa voie dans ce monde qui n’a pas l’air de vouloir lui faire une place.

Trois atypiques, trois électrons libres dans l’âme. Quand leurs trajectoires vont se croiser, l’ordre des choses en sera à jamais bousculé. C’est à ça que l’on reconnaît les « rencontres-silex ». Elles font des étincelles… Le champ des possibles s’ouvre et les horizons s’élargissent.
Comme dans un système de co-création, ils vont « s’émulsionner les uns les autres » pour s’inventer un chemin, plus libre, plus ouvert, plus heureux….

Louise Morteuil, elle, est rédactrice en chef du Journal de la Ville et directrice de l’association Civilissime. Elle se fait une haute idée du rôle qu’elle doit jouer pour porter les valeurs auxquelles elle croit : Cadre, Culture, Civisme… Choc des univers. Forte de ses convictions en faveur du bien commun, elle se fait un devoir de mettre des bâtons dans les roues du Bazar du zèbre à pois…

Une galerie de personnages passionnés, sensibles et truculents, des embûches et surprises, des objets aussi magiques que poétiques, de l’adversité et de l’amour, l’art de se détacher des entraves par l’audace, de se libérer de la peur en osant… Le nouveau roman de Raphaëlle Giordano donne l’envie de mettre plus de vie dans sa vie et de s’approprier la philosophie phare et novatrice du zèbre : « l’audacité ». ❞

Ma chronique

 ⭐⭐⭐⭐  / 5☆

Une lecture positive ! Je pense que « positif » reste le mot-clé de ma lecture.

Raphaëlle Giordano nous livre encore une fois ce que j’appellerai une « fiction de développement personnel« , format que je trouve beaucoup plus digest qu’une liste de choses à faire pour s’améliorer. En fait, j’ai beaucoup de mal à lire des livres de développement personnel classique, j’ai toujours l’impression que je ne fais rien de bien dans ma vie, ou que je devrais en être malheureuse (alors que ce n’est pas le cas !). Je sais que j’ai un problème avec ce type de livre, et je pense qu’un jour j’arriverai à passer au-dessus et à tirer profit d’une de ces lectures.

Revenons à nos moutons : ce roman de développement personnel est si agréable à lire. On passe un moment à réfléchir, à sourire, et surtout à se dire « ces gens sont si géniaux » !

Nous rencontrons Basile, inventeur et créateur d’objet étranges, n’ayant aucun but précis à part susciter la curiosité et faire réfléchir. Ce dernier ayant vécu une « autre vie » en tant qu’homme d’affaires respecté. Nous faisons également la connaissance de Giulia, « nez » (= le métier) par passion mais qui se retrouve coincée dans le secteur du déodorant et son fils Arthur, ado marginal, une artiste qui a du mal à trouver sa place.

La rencontre des différents personnages va tout changer, cela va être je cite des « rencontres silex« . Chacun va puiser en Basile une envie d’oser, de croire, mais surtout une envie de gagner, de créer et d’être heureux. Les interactions entre les différents personnages sont le fil rouge des idées de développement personnel, car Basile va nourrir chaque personnage un à un à travers sa propre expérience.

Le format est également intéressant, car nous sautons de narrateur en narrateur, pour découvrir les pensées de chacun, mais surtout découvrir leurs transformations… Je n’en dis pas plus !

J’ai trouvé cette lecture inspirante, et j’en ressors avec plein d’idée sympathiques et un esprit encore plus ouvert ! Je garde en tête que le succès reste propre à chacun, et qu’entreprendre quelque chose que l’on aime ne veut pas forcément dire faire fortune, ou devenir connu. Effectivement, notre succès doit être rapporté uniquement à ce qui nous anime, ce qui nous rend heureux personnellement. La dimension artistique des personnages (un nez, un artiste, un inventeur) est omniprésente et très inspirante lors de la lecture, pour ma part ce fût le cas !

Ce livre donne envie de se projeter dans nos projets, et d’avancer avec un état d’esprit positif.

Si vous l’avez lu, ou si ça vous dit bien, n’hésitez pas à commenter l’article ou à me retrouver sur Instagram !


À très vite pour d’autres chroniques…

Mathilde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s